Un lit sous Dufferin-Montmorency

photographies: Pascal Huot

Un micro-lieu, à la vue de tout le monde, mais où personne n’est vraiment; Dufferin-Montmorency, une fin d’autoroute, dans la ville de Québec, où des centaines de personnes circulent tous les jours sans voir ce qui se vit sous le béton. Élire domicile en ce lieu n’est pas un choix, mais une nécessité.

Voici un photo-reportage où l’homme n’y est pas, mais où sa présence est fortement ressentie.
Avec la température qui a bien entamé sa chute des degrés, comment s’y réchauffer la nuit ? Certains dorment parmi les artéfacts qui meublent le sol, objets du toxico-quotidien, vêtements aliénés et bonbonnes d’aérosol pour s’exprimer. Certains se sont installés sous une bretelle.

D’autres, aidés par un échafaud, pénètrent dans l’antre de l’autoroute, un immense trou noir bétonné. Une troupe de théâtre s’y est abritée, nous ne voulons simplement pas voir la pièce qui y est présentée.

2 réponses à “Un lit sous Dufferin-Montmorency”

Laissez un commentaire

Powered by WP Hashcash

facebook
 
catégories